Un produit est dit bio parce que reconnaissable grâce aux labels qui le certifient comme tel (AB, Eurofeuille, Demeter, Nature et Progrès,...). Dans le cas du café bio les garanties portent sur le non-recours aux engrais chimiques et pesticides de synthèse, à l'absence d'OGM, au principe de rotation des cultures qui permet de favoriser la fertilité et l'activité biologique... La gamme des cafés bio d'Un Amour de Café est certifiée par Ecocert et pour certains d'entre eux, contrôlés par Capinov pour vérifier le taux de l'ensemble des pesticides connus à ce jour. Nous portons la même attention sur le choix de tous nos produits bio : thés, tisanes et infusions, sirops d'érable, ...La torréfaction est le processus de cuisson du grain de café. Il joue un rôle primordial dans l'obtention d'un café de qualité. Lors de la torréfaction le grain de café vert est amené au degré près, à la température qui lui permettra d'exhaler tous ses arômes. Il existe deux façons de torréfier : l'industrielle et l'artisanale. La méthode de torréfaction industrielle opère une cuisson à une température comprise entre 400 et 1000 degrés pendant moins de 8 minutes. Cette technique de torréfaction dite « flash » ne permet d'obtenir que 30% des arômes définitifs du café. Un Amour de café utilise la méthode de torréfaction artisanale. Plus douce, elle respecte le produit et s'effectue à moins de 200 degrés sur une vingtaine de minutes. La faible quantité de grains torréfiés permet un meilleur rendu qualitatif. Le café ainsi torréfié garde tous ses arômes. Cette torréfaction est celle privilégiée pour des grands crus tels que le Moka Sidamo d'Ethiopie ,du Coatepec du Mexique, ou de l'Excselo de Colombie.

Journée mondiale de l'Alimentation 2016

Le mot de la diététicienne Aurélie Ravaud à propos de la journée mondiale de l'alimentation qui aura lieu le 16 octobre...

Journée mondiale de l'Alimentation 2016

Le mot d'Aurélie Ravaud

En tant que diététicienne, je me sens particulièrement concernée par la journée de l'alimentation, qui nous permet à tous de nous rappeler combien l'alimentation est un pilier culturel personnel important, mais également collectif sur les plans sociaux, économiques et écologiques.

Près de 870 millions de personnes dans le monde souffrent de sous-alimentation et 1,5 milliards de mal-nutrition, selon les chiffres de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), à l'origine de la journée mondiale de l'alimentation. Cette année, l'accent est mis sur le réchauffement climatique, mais une problématique récurrente est de trouver des systèmes de production alimentaire utilisant les ressources de manière écologique pour réussir à nourrir à long terme l'ensemble croissant de la population mondiale...

Comment améliorer les choses ?

Parler de cette journée est pour moi l'occasion de continuer à sensibiliser sur le gaspillage alimentaire : d'après les estimations de la FAO, nous jetons chaque année l'équivalent de plus de la moitié de la production céréalière mondiale, soit 1,3 milliards de tonnes de nourriture !

A l échelle individuelle, on peut lutter contre ce gaspillage en surveillant par exemple les dates limites de consommation (DLUO) des denrées périssables qui ne sont qu'un indicatif de sécurité alimentaire dans les magasins, alors que les produits peuvent parfois être consommés au-delà. L'alimentation est non seulement importante pour les raisons évoquées ci-dessus mais c'est également un facteur clé de santé publique.

Pour en lire plus, n'hésitez pas à rejoindre Aurélie Ravaud sur Facebook ou à visiter son site internet !



HAUT