Un produit est dit bio parce que reconnaissable grâce aux labels qui le certifient comme tel (AB, Eurofeuille, Demeter, Nature et Progrès,...). Dans le cas du café bio les garanties portent sur le non-recours aux engrais chimiques et pesticides de synthèse, à l'absence d'OGM, au principe de rotation des cultures qui permet de favoriser la fertilité et l'activité biologique... La gamme des cafés bio d'Un Amour de Café est certifiée par Ecocert et pour certains d'entre eux, contrôlés par Capinov pour vérifier le taux de l'ensemble des pesticides connus à ce jour. Nous portons la même attention sur le choix de tous nos produits bio : thés, tisanes et infusions, sirops d'érable, ...La torréfaction est le processus de cuisson du grain de café. Il joue un rôle primordial dans l'obtention d'un café de qualité. Lors de la torréfaction le grain de café vert est amené au degré près, à la température qui lui permettra d'exhaler tous ses arômes. Il existe deux façons de torréfier : l'industrielle et l'artisanale. La méthode de torréfaction industrielle opère une cuisson à une température comprise entre 400 et 1000 degrés pendant moins de 8 minutes. Cette technique de torréfaction dite « flash » ne permet d'obtenir que 30% des arômes définitifs du café. Un Amour de café utilise la méthode de torréfaction artisanale. Plus douce, elle respecte le produit et s'effectue à moins de 200 degrés sur une vingtaine de minutes. La faible quantité de grains torréfiés permet un meilleur rendu qualitatif. Le café ainsi torréfié garde tous ses arômes. Cette torréfaction est celle privilégiée pour des grands crus tels que le Moka Sidamo d'Ethiopie ,du Coatepec du Mexique, ou de l'Excselo de Colombie.

L'inspiration littéraire par le café

 

 

Honoré de Balzac (1799-1850)

Ecrivain français connu pour son œuvre titanesque La Comédie Humaine (91 romans et nouvelles, sans compter plus d'une cinquantaine d'œuvres non achevées). Son rythme de vie était ponctué par une très forte consommation de café, estimée à environ 50 tasses par jour. On raconte même qu'il aurait bu en tout 50000 tasses pour écrire l'ensemble de ses œuvres. Une surconsommation qui pourrait avoir joué un rôle dans sa mort prématurée à l'âge de 51 ans des suites d'un arrêt cardiaque (il est certain qu'un tel taux de caféine au quotidien est nocif pour la santé).
Balzac a notamment écrit : « Ce café tombe dans votre estomac... Dès lors tout s'agite, les idées s'ébranlent... »

Louis Ferdinand Céline (1894-1961)

Médecin et écrivain français, a marqué le 20ème siècle par sa plume aux teintes pessimiste et nihiliste. Grand amateur de café, il aurait écrit « ... je veux bien aller au ciel, mais à conditions que l'on serve le café au lit... Le lit je m'en moque, mais le café crème j'y tiens ».

Georges Courteline, ou Moineau (1858-1929)

Romancier et dramaturge français. S'il est devenu amateur de café sur le tard (durant sa jeunesse il consommait beaucoup d'alcool) ce sont surtout les cafés en tant que lieux publics qui suscitaient son intérêt car on pouvait y côtoyer à l'époque de grands intellectuels.
Il a écrit « On change plus facilement de religion que de café. La monde d'ailleurs se divise en deux classes : ceux qui vont au café et ceux qui n'y vont pas. De là, deux mentalités parfaitement tranchées et distinctes, dont l'une – celle de ceux qui y vont – semble assez supérieure à l'autre ».

Voltaire (1694-1778)

L'un des écrivains et philosophes français le plus connu encore à ce jour. Figure emblématique du mouvement des Lumières au même titre que Kant, Diderot ou Montesquieu, il était très engagé en faveur de la tolérance et de la liberté de pensée.
Tout comme Balzac Voltaire était un grand amateur de café, sa consommation oscillant entre 50 et 72 tasses quotidiennes ! Cependant il répondait aux détracteurs de la boisson noire que les conséquences d'une telle consommation étaient infimes : « Lente certes, puisque après 50 ans, il n'a pas encore produit d'effet négatif ».

Paul Morand (1888-1976)

Ecrivain, diplomate et académicien français. Le café accompagnait allégrement ses séances d'écriture et il aimait passer de longues heures à s'entretenir dans les troquets avec de grands écrivains tels Jean Cocteau et Marcel Proust.
Il écrivit « Par le thé, l'Orient pénètre les salons bourgeois ; par le café, il pénètre les cerveaux ».

Mahmoud Darwich (1941-2008)

Poète palestinien connu pour son engagement au sein de l'Organisation pour la Libération de la Palestine(OLP). Selon lui, on pouvait connaître un Homme grâce à son café : « Il n'existe rien qu'on puisse appeler « le goût du café » ; ce n'est pas un concept en soi. Chacun a son propre café, à tel point que je peux juger d'un homme, pressentir son élégance intérieure, à l'aune du café qu'il m'offre ».

Emmanuel Kant (1724-1804)

Philosophe allemand et écrivain critique. Connu pour son trait de caractère sévère et austère, Kant avait cependant un pêché mignon... le café. Son impatience chronique se révélait notamment à l'heure du café. Ainsi lorsque son domestique lui annonçait qu'on allait servir le café, Kant rétorquait « On va ! Mais voilà où le bât blesse, c'est qu'on va : l'Homme n'a jamais le bonheur, il va l'avoir !" »

Parmi les écrivains amateurs de café où lui ayant rendu un certain hommage dans leurs œuvres littéraires, on retrouve également : Arthur Rimbaud, Jean-Paul Sartre, Alexandre Dumas, Victor Hugo, Molière, Pierre Loti ou encore Antoine de Saint-Exupéry.



HAUT